Skip to main content
La genèse du judaïsme et du christianisme. Les faits et les problèmes dans leur contexte historique
Auteur(s): 
RAMBAUX, Claude
Année: 
2011
Pages: 
450
Numéro collection: 
332
ISBN: 
978-2-87031-273-5
Prix: 
72.00€
Disponible - Pour commander cet ouvrage, contactez info@latomus.be

Résumé

Depuis l’époque des patriarches, chacune des valeurs qui ont été adoptées successivement dans la religion d’Israël était connue antérieurement d’un ou de plusieurs des peuples voisins.  Au début du Ier siècle, dans un  monde juif  d’une grande diversité, Jésus, prophète comme Moïse selon Pierre et Etienne (Act. 3,22 ;  7,37), a centré les exigences divines sur l’amour miséricordieux et secourable pour tous, y compris les plus démunis (Marc. 12,28-31 ; Matth. 25,31-46), les pêcheurs (Luc, 15,1-32), les ennemis (Matth. 5,44), jusqu’à sacrifier sa vie pour eux (Jean,10,11). Après l’échec de la révolte contre Rome, le judaïsme se définit autour du courant le moins affaibli, celui des pharisiens, refusant toute dénationalisation des croyances du « peuple élu », tout abandon des observances. Le christianisme, soucieux d’universalité, se modifia considérablement  du Ier siècle aux grands conciles des IVe et Ve siècles  La Grande Eglise présenta Jésus comme un bouc émissaire mort en rançon pour l’humanité et éleva son statut jusqu’à en faire Dieu le Fils égal à Dieu le Père ; mais elle donna de moins en moins de place aux exigences de l’amour dont il avait fait la pierre de touche de la foi, et mit de plus en avant  les préoccupations, valeurs et méthodes qu’il avait contestées (chez les sadducéens, les esséniens, les zélotes) ou qu’il n’avait nullement encouragées : les rites, l’ascétisme, le mysticisme, les élaborations théologiques, le recours à la violence contre les récalcitrants. Elle se faisait « toute à tous » en donnant satisfaction aux aspirations de nombreux païens, sans craindre de se convertir à leurs valeurs et à leurs pratiques au lieu de les convertir réellement aux exigences de Jésus, sans craindre non plus de se couper des grandes civilisations autres que la gréco-romaine.

Table des matières

Introduction – p. 5

Les traditions patriarcales. Du « dieu du père » à El – p. 8

La sortie d’Égypte et l’installation en Canaan. D’El à Yahvé – p. 12

L’institution de la royauté – p. 26

Du schisme à la chute du royaume d’Israël – p. 33

De la chute du royaume d’Israël à la chute du royaume de Juda – p. 51

L’exil en Babylonie – p. 69

L’époque perse – p. 83

L’époque hellénistique

a) Le temps de la paix entre juifs et grecs (d’Alexandre à Antiochus III) – p. 107

b) Des violences à l’indépendance (de Séleucus IV à la dynastie asmonéenne) – p. 127

L’époque romaine

a) De la prise de Jérusalem par Pompée à la mort de Jésus (de +/- 63 à 30) – p. 155

b) De la mort de Jésus au soulèvement contre Rome (30 - 66) – p. 220

c) Du soulèvement des juifs contre Rome en 66 à leur dernier sursaut nationaliste en 138 et aux Pères apostoliques – p. 262

d) Des Pères apostoliques aux quatre premiers conciles œcuméniques (IIe-Ve siècle). De la diversité des croyances à la définition d’une orthodoxie – p. 316

Conclusion générale – p. 408

Bibliographie – p. 411

Table des matières – p. 449

generic viagra tablets